Publier des nouvelles

ecriture.jpg

Faire publier ses nouvelles n’est pas une mince affaire : il vous faudra talent, opiniâtreté, un peu de chance  et  beaucoup de patience. Aujourd’hui, pourtant, il semblerait que la fiction brève devienne « tendance »…

J’entends souvent demander : où peut-on faire éditer des nouvelles ? (sous-entendu : quand on n’a encore rien publié)…

Sauf cas exceptionnels, si vous n’avez pas d’abord publié quelques romans (si possible à succès),  vos chances  de convaincre un éditeur « classique » de publier vos nouvelles sont quasi-nulles.  Il vous dira qu’en France, les nouvelles ne se vendent pas, que les seuls à en lire sont précisément ceux qui en écrivent. C’est ainsi : autant les pays anglo-saxons ou latino-américains accueillent avec un égal bonheur romans et nouvelles, autant l’Hexagone semble n’avoir que mépris pour ces fictions brèves  reléguées au fond des librairies. Alors si, par-dessus le marché, vous êtes un  inconnu… vous n’avez plus qu’à sortir  à reculons du Saint des Saints, serrant sur votre cœur les feuillets dans lesquels vous mettiez tant d’espoir.

Etat des lieux

Las ! N’auriez-vous pour seul recours que l’auto-édition, désormais accessible à tous (merci internet) ?  Pour tempérer cet état des lieux pas très optimiste,  suivez la newsletter des éditions Atelier In-8  qui a de quoi vous redonner un peu de baume au cœur : le court reviendrait à la mode, la nouvelle se verrait ouvrir des portes jusqu’alors cadenassées…  

écrire à parisEn attendant que le frémissement se confirme , les revues ne manquent pas, les concours abondent, et même quelques éditeurs annoncent qu’ils pourraient accueillir votre prose… De ces éditeurs qu’on nomme « petits », quoi qu’ils fassent le même travail que les « gros » et mettent  dans leur démarche autant de sérieux, de curiosité et de pugnacité (sinon plus ?) que leurs aînés ayant pignon sur rue… Vous n’oublierez pas, avant de leur envoyer des textes, de feuilleter leur catalogue et de lire ce qu’ils publient pour vérifier que votre production peut s’inscrire dans leur ligne éditoriale.En voici quelques-uns qui lisent des manuscrits arrivés par la Poste : les éditions Atelier In-8, déjà citées, les éditions D’Un Noir Si Bleu, L’Amourier ou encore les éditions du Chemin de Fer, qui associent un artiste et un auteur.

Les revues littéraires, quant à elles, ont bien souvent aussi un comité de lecture et font un travail sérieux, exigeant. Certaines vous feront même des retours argumentés si vos textes sont refusés. Citons les revues Brèves  (publiée par L’Atelier du Gué), Rue Saint-Ambroise ou Décapage… Elles aussi, avant de leur envoyer un manuscrit, méritent qu’on les lise et plus si affinités. En deux mots : abonnez-vous ! Vous leur apporterez ainsi un soutien dont elles ont bien besoin. Le petit monde des revues est très vivant, comme en témoigne le Salon qui se tient chaque année aux Blancs-Manteaux, à Paris. Et puisque nous parlons « salons », quelques-uns existent qui sont consacrés à la nouvelle : le festival Rentrée Nouvelles à Forcalquier ou encore Place aux nouvelles, à Lauzerte. 

Les concours : un bon entraînement

Nombreux sont les concours consacrés à la nouvelle : près de 200 en France ! A thème ou non, parfois payants et quelquefois dotés de prix, ils  vous donnent l’occasion d’exercer votre plume et, si votre nouvelle est retenue, de la voir publier dans un recueil collectif (c’est déjà ça). Mention spéciale aux éditions Antidata, qui lancent chaque année un appel à textes sur un thème et publient les nouvelles retenues dans de très jolis petits livres… Dans la région Centre, l’association Tu Connais La Nouvelle organise rencontres avec des auteurs, concours et ateliers. Pour en savoir plus sur l’actualité des concours tous azimuts, suivez le magazine en ligne Nouvelle-Donne.net.

Alice et les mots propose régulièrement des stages et ateliers sur la nouvelle : pour en savoir plus, cliquez ICI.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s