Comment trouver un titre ?

Souvent, on attend pour le choisir d’avoir écrit toute l’histoire. Mais il peut aussi nous l’avoir inspirée. On peut en changer plusieurs fois en cours d’écriture, voire après le point final… parce qu’un titre, comme un récit, évolue. On peut enfin en avoir plusieurs en réserve, on hésite, on atermoie… Comment faire pour trouver le « bon » ?

 

romanAvant de choisir le titre d’un roman, encore faut-il savoir à quoi il sert : en premier lieu, à promouvoir le livre. Inutile de se voiler la face — ce roman, vous voulez qu’il se vende. Alors, autant lui donner toutes ses chances. Vous n’avez pas passé des milliers d’heures sur ses pages pour tout saborder avec un titre raplapla ! Le titre de votre roman, c’est son identité, ce qui permettra de le repérer parmi tous les autres. Pas question de lui donner un nom passe-partout ou déjà-vu. D’ailleurs, êtes-vous bien sûr qu’il soit original, ce titre gé-nial que vous venez de trouver ? A vérifier sur internet, histoire de ne pas relancer  L’Odyssée ou Voyage au bout de la nuit dans une bataille où, au jeu des comparaisons, vous serez perdant à tous les coups !

Un bon titre doit donner au lecteur l’envie de savoir ce qu’il y a derrière. Ce peut être en suscitant sa curiosité : un roman intitulé L’ange et le réservoir de liquide à freins  intrigue forcément et donne envie d’en savoir plus ; ou en lui apportant une information sur le genre de roman qu’il défend : L’assassin habite au 21 accrochera les amateurs de polars, L’Ile au trésor ceux qui aiment les récits d’aventures… Ce peut être enfin en le faisant rêver : L’Ecume des jours , L’Homme invisible , Sa Majesté des mouches

Comment choisir

Notez tous les titres qui vous viennent à l’esprit, sans réflexion ni censure : c’est votre inconscient qui parle, laissez-le s’exprimer, vous ferez le tri après. Vous vous demanderez alors quel effet vous voulez produire sur le lecteur : souhaitez-vous le faire rire  ou trembler ? Pleurer ou  s’interroger ? Le titre choisi devra contenir cette intention, lui faire écho. Sera-t-il explicite, ambigu, démonstratif voire expressionniste ? Assassin, tendre ou canaille, inquiétant ou douloureux ? Tiendra-t-il en seul mot ou en une phrase ? Empruntera-t-il le nom de votre héros ? Celui de son pire ennemi ?

Une bonne idée est de faire une liste des titres potentiels et de les tester sur un groupe d’amis sûrs (des gens qui aiment lire et à qui vous faites confiance). Ils n’ont nul besoin d’avoir lu votre roman, au contraire : moins ils en connaîtront le contenu, mieux vous verrez à leur réaction face aux titres que vous leur proposerez lequel, par ce qu’il évoque chez eux, entre vraiment  en résonance avec votre récit.

Les auteurs des romans cités dans cet article sont, par ordre d’apparition : Homère, Céline, Alix de Saint-André, S.A. Steeman, R.L. Stevenson, Boris Vian, H.G. Wells, William Golding.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s