Ecrire davantage (j’aimerais bien mais…)

Vous vous demandez parfois comment  certains  arrivent à produire autant, tandis que d’autres (vous) se battent contre le monde entier pour mettre un point final à un malheureux article ou à une nouvelle commencée il y a… combien de temps déjà ? Ne cherchez pas. Ils ont un secret, bien sûr.

 

shoppingEvidemment qu’ils ont un secret, une baguette, une potion magique… sinon, comment pourraient-ils remplir autant de pages en bossant tous les jours pour nourrir leur petite famille tout en se consacrant à ladite, en profitant pleinement d’une vie sociale et en intervenant sur deux ou trois blogs — sans parler du temps passé à dormir  ?

Tout le monde peut le faire, oui mais…

Leur secret,  c’est d’éteindre la télé, de débrancher internet et les réseaux sociaux. De se lever plus tôt pour écrire, ou de se coucher plus tard selon leur rythme. D’avoir toujours sur eux un carnet ou deux (deux, c’est mieux) pour écrire au vol, dans la salle d’attente du dentiste ou dans les embouteillages : un bout de dialogue, une scène, la description d’un personnage, une première phrase de roman… En v’là un secret ! me direz-vous. Tout le monde peut faire ça. Oui, mais eux le font vraiment.

Leur secret, c’est aussi de prévoir chaque semaine dans un agenda surchargé des moments consacrés à l’écriture, rien qu’à l’écriture, sans aucune distraction. Un temps qu’ils  n’utilisent pas à surfer sur internet sous prétexte de rechercher de la documentation pour leur prochain roman, par exemple. Ni pour lire, activité qu’ils estiment fort au demeurant, mais pour ne rien faire qu’écrire. Elémentaire ? Alors, pourquoi ne le faites-vous pas tout de suite ?

Rentabilisez votre temps

Ça, c’est une partie du secret. L’autre consiste à rentabiliser au maximum ce temps réservé à l’écriture : en ayant par exemple toujours en tête les grandes lignes de ce qu’ils vont écrire avant de s’asseoir devant leur manuscrit. En y pensant dans le métro ou en se brossant les dents. Vous les voyez élaborer une scène tout en marchant sous la pluie (on dit que Virginia Woolf effrayait les passants car elle parlait, disaient-ils, toute seule. Pas du tout : elle concoctait les dialogues de son prochain roman).Terminplaner

Et aussi : ils se fixent des dates-butoirs. Réalistes, mais strictes. Qu’ils s’acharnent à respecter — sinon, quel sens aurait tout cela ? Personne n’est obligé d’écrire, alors pourquoi insister si on n’y croit pas ? Mais le fait est, ils y croient (les veinards). Certains vont jusqu’à se mettre la pression. Rameutent autour d’eux quelques lecteurs sans concessions (au moins un), leur annoncent qu’ils ont commencé un manuscrit, leur font jurer de le lire une fois terminé… Impossible après ça de ne pas aller jusqu’au bout, ouh la honte. Vous vous récriez : écrire dans le stress ? Ça ne donne jamais rien de bon ! Vous oubliez qu’un premier jet peut toujours se revoir une fois qu’il est terminé… à condition de commencer à l’écrire. Maintenant. Tout de suite.

Blocage, procrastination, démotivation… Tous les auteurs passent par ces moments-là. Pénibles, mais jamais irréversibles. Vous souhaitez vous faire aider pour relancer l’écriture de votre manuscrit, dynamiser votre créativité, revoir votre programme d’écriture ou démarrer un projet personnel ? La formule SOS-Manuscrits vous propose 3 séances d’1 heure en face à face pour repartir du bon pied.

Publicités

2 commentaires

  1. Pingback: Écrire sans faiblir | lignes de vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s