4 trucs pour redonner du punch à un récit

© Dylan Foley

© Dylan Foley

Vous relisez vos premiers chapitres et vous trouvez qu’ils manquent de nerf ? Vous aimez bien vos personnages, l’intrigue vous plaît et vous débordez d’idées, pourtant l’histoire ne décolle pas ? Voici quatre façons de l’améliorer…

1- Rajoutez du conflit

Votre intrigue avance pépère, et le lecteur peine à garder les yeux ouverts… Alors, demandez-vous ce qui pourrait le réveiller : par exemple, quelque chose qui viendrait compliquer la vie de vos personnages. Une bonne intrigue repose sur un conflit, c’est à dire que chaque personnage doit vouloir quelque chose et ce quelque chose être contrarié par le monde qui l’entoure (ses proches, la société ou l’environnement)… ou par lui-même (on parle alors de conflit interne : le désir contrarié par la peur ou l’amitié par le goût du pouvoir, etc). Le conflit donne du corps et du goût au récit, pousse les personnages dans leurs retranchements et les oblige à révéler qui ils sont vraiment. Et, tout simplement, il fait avancer l’histoire.

2- Ne dites pas tout

Ne dévoilez pas trop vite vos personnages ! Laissez le lecteur les découvrir peu à peu, en particulier le personnage principal. Mieux vaut disséminer des informations tout au long de votre récit, par des allusions qui titilleront la curiosité du lecteur. Rien de tel pour maintenir la tension dramatique.

3- Jouez sur les émotions

Une bonne histoire repose sur les émotions : d’où l’intérêt de bien réfléchir aux conflits qui animent vos personnages et à les mettre en scène de manière à provoquer l’empathie du lecteur. Même Robinson Crusoé (presque) seul sur son île se débattait dans les conflits : survivre dans un environnement inconnu, ne pas devenir fou de solitude, affronter un ennemi potentiel…

4- Apprenez au lecteur 
quelque chose que les personnages ne savent pas

Le lecteur attend quelque chose : une vérité, un fait, une découverte inattendue… Donnez-lui des éléments qui lui permettront d’anticiper, par exemple une information dont aucun personnage ne dispose : quand vous étiez enfant et que vous saviez, vous, que le grand méchant loup guettait le petit Chaperon rouge, l’attente n’était-elle pas délicieuse ? Celle de votre lecteur sera d’autant plus forte qu’il se demandera quand les personnages vont apprendre, eux aussi, qu’ils sont assis sur une mine ou que Papa n’est pas leur père… et comment ils réagiront.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s