Six trucs pour améliorer son style

© Dylan Foley

© Dylan Foley

Hemingway recommandait d’utiliser des phrases courtes et un langage vigoureux. Colette faisait la chasse aux adjectifs inutiles.  Philippe Djian insiste sur le rythme, Carver sur la précision… Concrètement, comment faire pour améliorer son style ?

Jules Renard écrivait : « Le métier d’écrivain, c’est d’apprendre à écrire. » Le style n’est pas inné, comme le reste cela se travaille et tant mieux ! Quelques pistes pour commencer :

Evitez la voix passive

La voix passive affaiblit votre texte. Si un éditeur vous écrit « des lourdeurs doivent être supprimées de votre manuscrit », vous vous sentirez moins concerné que par « vous devez supprimer des lourdeurs… ». Alors, faites la chasse à la voix passive et remplacez-la chaque fois que c’est possible par la voix active.

Sachez placer vos virgules à bon escient

On l’apprend à l’école, mais parfois on l’oublie : on ne met PAS de virgule entre le sujet et le verbe (Elle, s’énerve). Pas non plus entre le verbe et le c.o.d. (Elle lui renvoie, son manuscrit à corriger). Une phrase se termine par un point et démarre par une majuscule (attention : en poésie, les règles sont différentes).

Ecrivez des dialogues qui sonnent juste

Bannissez les clichés et les tics de langage, les « euh, hein, alors, oui mais non, et sinon… » ! S’ils émaillent la conversation courante, ils n’ont rien à faire à l’écrit et apportent très vite un côté artificiel, voire caricatural.

Un bon dialogue est aussi un dialogue dynamique, dont chaque réplique paraît rebondir comme une petite balle… sans donner pour autant l’impression d’un procédé !

Soignez la précision de vos descriptions

Une bonne description ne ralentit pas le récit et consiste en quelques détails bien choisis qui créent une ambiance ou dessinent un personnage en quelques traits saillants.

Utilisez vos cinq sens

Souvent, quand on écrit, on fait fonctionner la vue et l’ouïe, rarement les autres sens… Pensez aussi odeurs, textures, goûts. Votre univers deviendra plus riche et suggestif !

Coupez, coupez, coupez ce qui dépasse

Si vous écrivez des nouvelles, vous pratiquez déjà l’économie de moyens. Dans la nouvelle, en effet, la règle est : pas un mot de trop, les digressions n’ont pas leur place. A mettre en pratique dans n’importe quel texte, c’est à dire en coupant 10 % d’un premier jet…

Pour aller plus loin : Questions de style, un stage le week-end des 19 et 20 mars. Réservation : boitealice{arobas}gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s