Qu’est-ce qui ne va pas dans mon texte ? (et comment l’améliorer)

Qu’est-ce qui ne va pas dans mon texte ? (et comment l’améliorer)

 

atelier3

Ce texte, vous y croyez. Il vous a coûté du temps, de l’énergie et pas mal d’huile de coude. Pourtant, lorsque vous le donnez à lire autour de vous, vous rencontrez au mieux des regards fuyants ou des excuses genre « je l’ai lu très vite, je ne peux pas te dire… » En clair : vos lecteurs n’osent pas vous avouer qu’ils ont calé dès les premières lignes. Comment y remédier ?

Difficile, quand on se relit soi-même, de prendre suffisamment de recul pour apprécier ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Par exemple : en tant qu’auteur, vous connaissez par cœur les tenants et aboutissants de votre récit et, de votre point de vue, tout est clair : les informations indispensables sont bien là, sur la page. Mais qu’en est-il du point de vue du lecteur ? Mettez-vous à sa place et vérifiez s’il  a bien tous les éléments pour comprendre ce que vous lui racontez.

Savoir doser les informations

Peut-être avez-vous fait un copié-collé quelque part et, en le reportant, avez-vous coupé un précieux morceau de texte ? Ou bien, en réécrivant entièrement le début, avez-vous supprimé des informations importantes qui auraient besoin d’être réinjectées dans le récit ? A l’inverse, une erreur fréquente est de vouloir à toute force mettre les points sur les i : par exemple, vous décrivez de long en large un paysage de désolation et terminez par « C’était vraiment un paysage désolé ! » On avait compris, merci. A la longue, rien de plus indigeste.

Identifier les motivations des personnages

Si vous ne savez pas pourquoi les personnages de votre fiction agissent comme ils le font, comment voulez-vous que le lecteur le devine ? Avant de vous lancer dans l’écriture, vous devrez donc vous demander ce qui les pousse à faire ceci ou cela, parfois au prix de leur vie. La plupart du temps, c’est pour combler un manque (d’attention, d’amour, d’argent…) Ce peut être aussi pour fuir une peur secrète qui va les pousser à éviter toute situation pour eux angoissante. Bien sûr, c’est dans une situation de ce genre que vous allez les plonger, c’est tellement plus excitant ! Vous n’êtes pas obligé de leur fixer des motivations élevées : untel peut vouloir gagner la course à l’échalote pour remporter son poids en chocolat. L’essentiel est que sa motivation soit claire pour vous, auteur, car cela se sentira dans ce que vous écrirez.

Donner du rythme

Vous abusez des phrases longues et le lecteur perd le fil ? Ou, au contraire, vous alignez les phrases très courtes, souvent non verbales et votre style paraît haché ? Savoir alterner phrases courtes et phrases longues apporte du rythme à un texte et évite la monotonie.  A l’échelle du récit, insérer un flash back ralentit le tempo, une ellipse  permet de l’accélérer.  Le tout est de trouver le bon dosage.

Savoir prendre du recul

Tout ça, c’est bien beau… mais vous avez tellement retravaillé votre texte que vous n’arrivez même plus à vous relire. Quelques trucs pour vous aider à prendre du recul : si vous n’avez encore travaillé qu’à l’écran, imprimez votre texte. Si vous êtes habitué à le lire dans votre tête,  relisez-le à voix haute. Essayez aussi de changer le caractère et le corps (la grosseur des caractères est indiquée par un numéro : 10, 12)… N’hésitez pas à bousculer vos habitudes : cela vous aidera à voir votre prose d’un œil neuf. Enfin, ne craignez pas de faire plusieurs lectures : la première pour avoir une vision globale (celle du lecteur quand il découvre le récit), la deuxième pour les questions de style et de ponctuation, la dernière pour l’orthographe.

Et si, après avoir relu-corrigé-vérifié tous les points ci-dessus, vous n’obtenez de vos relecteurs qu’un grognement distrait, demandez-vous si vous savez bien les choisir : les proches ne sont pas forcément les plus indiqués !

Vous avez besoin d’un œil extérieur sur vos textes ? Alice et les mots vous propose une relecture de votre manuscrit dès les 50 premières pages.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s