Ecrire la suite

femme écrivant

Vous avez profité des vacances pour avancer dans l’écriture de LA super-histoire que vous portiez en vous depuis des mois… Après avoir couvert des pages et des pages dans l’enthousiasme et le bonheur, arrivé au beau milieu du récit… c’est le trou noir ! Vous n’avez aucune idée de comment continuer.

Si jusqu’ici vous avez produit sans faillir un certain nombre de pages, peut-être avez-vous simplement besoin de faire une pause : deux-trois jours de balade le nez au vent, un bon film, un pot entre copains, une virée à la mer… Choisissez ce qui vous convient à vous, ce qui vous permettra de recharger vos batteries tout en faisant le vide dans votre esprit. L’important est de ne plus penser à ce que vous faisiez la veille pour mieux y revenir le surlendemain.

Relancer l’action

Si vous êtes bloqué et que le blocage s’éternise, il n’y a pas à hésiter : vous devez trouver un moyen de relancer l’action. Par exemple, en ajoutant un nouvel obstacle qui va obliger vos personnages à bouger. Ou en imaginant un retournement de situation. Surprenez-vous vous-même !

Il se peut aussi que vous ayez oublié en cours de route l’intrigue que vous aviez si soigneusement élaborée : prenez du recul, relisez vos notes et demandez-vous si, à cet endroit-là, vous n’avez pas fait fausse route en envoyant votre personnage dans cette direction. Est-ce que c’est cohérent avec l’intrigue et avec ce que vous savez du personnage ? Est-ce que cela apporte réellement quelque chose au récit ? Est-ce que cela le fait avancer ?

Se poser les bonnes questions

Il se peut enfin que vous n’ayez pas élaboré d’intrigue : vous avez démarré sur une idée qui vous plaisait,  parce que pour vous il n’y a rien de mieux que de découvrir l’histoire en l’écrivant… Pourquoi pas ? de grands romanciers procèdent ainsi et s’en sortent fort bien. Quand je commence à écrire, confie Haruki Murakami, je n’ai aucun plan. Ma tête est vide. J’avance à l’aveuglette dans mes propres ténèbres. Pour IQ84, j’avais la première scène : dans un taxi pris dans les embouteillages à Tokyo en écoutant de la musique classique. Je ne sais pas ce qui va se passer dans mon roman. J’ai simplement confiance dans le fait que je pourrai le finir. J’ai confiance, mais je n’ai pas encore d’histoire !

Votre problème, à vous, c’est de ne pas vous enliser dans un récit qui piétine. Si vous en êtes à la moitié, vous avez déjà une histoire, n’est-ce pas ?  Il pourrait donc être utile de relire tout ce que vous avez écrit et de vérifier quelles sont les grandes lignes de votre récit. Que voulez-vous raconter ? Qui sont les personnages et quelles sont leurs interactions ? Imaginez que vous vouliez résumer cette histoire à un enfant de dix ans, comment feriez-vous ? Vous poser toutes ces questions vous amènera à préciser vos intentions et vous aidera à trouver vers où vous voulez aller.

Besoin d’aide pour avancer dans l’écriture d’un récit ? Alice et les mots vous propose différentes formules d’accompagnement individuel ou de travail en groupe : consultez le programme de la rentrée 2016.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s