8 bonnes raisons de suivre un atelier par mail

 

Suivre un atelier d’écriture, vous aimeriez beaucoup. Mais c’est compliqué pour tout un tas de raisons…

Raison n°1 : votre emploi du temps ou votre situation géographique ne vous permet pas de suivre un atelier régulier. Et pourtant, ce n’est pas l’envie qui manque…

Raison n°2 : vous n’aimez pas écrire à heure fixe, vous préférez choisir le lieu et le moment. Par exemple entre trois et quatre heures du matin, dans la cuisine, pour tromper l’insomnie. Ou à l’heure du déjeuner, quand tous les autres ont quitté le bureau et vous laissent (enfin) seul…

Raison n°3 : écrire à une table vous ennuie ! Votre lieu d’écriture, à vous, c’est l’arbre au fond du jardin ou le café du coin…

Raison n°4 : vous aimez prendre votre temps, planter là papier et stylo pour aller marcher le long de la plage ou faire le tour du quartier à bicyclette. Cinq minutes ou deux heures, vous n’êtes pas trop fixé…

Raison n°5 : vous ne pouvez pas écrire sans musique, boire du chocolat ou fumer une cigarette… et vous n’aimez pas déranger.

Raison n°6 : vous vous relisez toujours à haute voix, en gueulant presque. Même si vous n’êtes pas Flaubert…

Raison n°7 : arrivé au bout de la 63ème version de votre texte, vous avez besoin de tout réécrire (bon d’accord, peut-être pas la 63ème, mais…)

Raison n°8 : la lecture de vos textes devant un groupe sitôt la plume posée, ça vous bloque le plexus et vous contracte les mâchoires…

Les ateliers par mail vous permettent d’écrire où et quand vous voulez, les échanges se font uniquement avec l’animatrice et vous avez une semaine pour produire un texte. N’attendez pas la rentrée ! Alice et les mots vous propose toute l’année des ateliers par mail : découvrez ici leur fonctionnement et comment vous inscrire.

 

Lire la suite

Publicités

Cet été, j’écris !

L’été, c’est du temps libre. Les gens partent en vacances et cessent de vous bombarder de mails à tout bout de champ, le soleil vous invite en terrasse et vous rêvez au jour prochain où vous aussi prendrez le large…

C’est le moment de sortir votre carnet, votre cahier, votre tablette…  Car du temps libre, c’est ce qui vous manque toute l’année pour écrire — vous ne savez trop sur quoi, mais vous aimeriez profiter de ces vacances qui s’annoncent pour vous y mettre enfin.

Pourquoi ne pas essayez un atelier par mail ? Les consignes d’écriture vous guident et vous donnent l’impulsion pour démarrer puis pour développer un texte et le remanier. A la fin de l’été, vous aurez écrit et fait lire plusieurs textes à une communauté de lecteurs dans la même situation que vous.

Chaque été, Alice et les mots vous propose un atelier à distance : c’est la liberté d’écrire au moment qui vous convient, là où vous vous sentez bien, dans les conditions qui pour vous sont les plus favorables. Le principe est simple : vous envoyez votre texte à date fixe, le même jour vous recevez les textes des autres participants et, la semaine suivante, vous recevez des retours sur votre texte et envoyez les vôtres. Cette année, l’atelier aura pour thème « Je est un autre ». Envie d’essayer ? Lancez-vous et… à bientôt !

 

Comment retravailler sa nouvelle ?

 

atelier3

Vous la trouvez trop longue, trop lisse, bavarde ou monotone : comment faire pour retravailler votre nouvelle et lui donner ce petit quelque chose qui fera la différence ?

Vous la trouvez trop longue

Prenez deux pages au hasard et exercez-vous à la réduire sur ces pages-là. Si le résultat vous plaît, vous ferez la même chose pour l’ensemble de la nouvelle. L’opération se déroule en trois temps. Premier temps : résumez chaque paragraphe en une phrase. Deuxième temps : mettez ces phrases de côté et réécrivez les deux pages en les réduisant de moitié. Troisième temps : confrontez le texte réduit et la phrase résumant chaque paragraphe. Si la réduction a altéré le sens du texte ou supprimé des éléments essentiels, vous les réintègrerez en essayant de ne pas développer le texte outre mesure. Autre solution : entraînez-vous à réduire la nouvelle de 10 % sans en altérer le sens.

Vous la trouvez trop lisse

Pour éviter que le lecteur ne s’endorme, trouvez comment réveiller sa curiosité. Par exemple, en lui suggérant que vous lui avez caché quelque chose ! Prenez un épisode significatif de votre nouvelle et coupez-le, puis ajustez le texte en vérifiant bien que celui-ci fonctionne ainsi amputé. Il pourra être nécessaire de glisser un indice, un petit quelque chose qui, sans en dire trop, fera sentir au lecteur que vous avez caché quelque chose d’important.

Vous la trouvez raplapla

Variez le rythme du récit ! Adjectifs et adverbes le ralentissent : êtes-vous sûrs qu’ils sont tous indispensables ? Exercez-vous à supprimer les adjectifs de votre texte puis réintroduisez ceux qui sont vraiment nécessaires. Un nom, s’il est précis, n’a pas besoin de qualificatif mais il y a des cas où l’on ne peut s’en passer. Par exemple, si vous écrivez : « un mur aveugle » ; ici, comment saurait-on sans l’adjectif que le mur ne comporte aucune fenêtre sur l’extérieur ? C’est la même chose pour les adverbes : point trop n’en faut !

Et encore…

Vous aimez bien l’histoire que vous racontez, mais trouvez votre nouvelle moyennement réussie ? Réécrivez-la en changeant de point de vue, puis relisez-vous : le récit fonctionne-t-il mieux ou moins bien ? Vous pouvez aussi essayer de faire comme Tchekhov : coupez les cinq premières et les cinq dernières lignes de votre nouvelle et relisez-la. Les passages supprimés étaient-ils réellement indispensables ? Si oui, pouvez-vous les réécrire avec moitié moins de mots ?

Mars est le mois de la nouvelle chez Alice et les mots qui vous propose 2 week-ends d’atelier par courriel pour la travailler en profondeur. Prochaine session : du 24 au 27 mars.

Romanciers en herbe : écrivez tout l’été

Cette fois-ci, c’est décidé : vous allez profiter de l’été pour écrire autre chose que les bouts de textes qui s’entassent au fil des mois dans vos tiroirs ou vos fichiers. Osez le gros mot, vous allez vous lancer dans un roman. En toute simplicité.

machine_acc80_ecc81crire.jpgL’été dernier, Alice et les mots avec les « tiroirs d’écriture » vous proposait d’écrire des textes brefs. Cette année, les propositions qui apparaîtront ici vous donneront des pistes pour démarrer un récit au long cours. Comme l’année dernière, vous pourrez envoyer vos textes par mail à boitealice{arobase}gmail.com et les cinq textes qui arriveront les premiers recevront un « retour » gratuit.

Vous êtes prêts ? C’est parti !

La première proposition tient en peu de mots, une situation banale en apparence : au café, votre personnage (homme ou femme) surprend une conversation qui éveille son attention.

C’est le point de départ : la conversation surprise doit être suffisamment insolite ou concerner votre personnage de très près pour éveiller sa curiosité et enclencher la suite des événements. Vous ne trouverez pas forcément du premier coup « la » bonne idée, mais vous pouvez en cherchant bien en trouver quelques unes… même si votre cerveau subit les fluctuations du thermomètre. Vous voulez écrire, que diable ! Ça mérite bien un petit effort.croquis

Un conseil : pour écrire cette scène, exercez-vous d’abord à la visualiser. Demandez-vous à quoi ressemble le café où démarre votre histoire. Est-il situé en grande ville ou dans un village, les personnages se trouvent-ils en terrasse ou à l’intérieur, y a-t-il du monde dans ce café, quels sons, quelles odeurs, quelles couleurs perçoivent-ils ? A quelle époque se passe cette scène, à quel moment de la journée (ou de la nuit) ? Où se tiennent les différents personnages, comment s’expriment-ils, ont-ils une caractéristique physique particulière, une façon de s’habiller, un accent, un défaut de langage voire un handicap ? Mieux vous verrez la scène et son décor, mieux vous pourrez la restituer sur le papier.

Surtout, amusez-vous ! Cet atelier d’été ne vous promet pas que vous écrirez en deux mois le roman de votre vie, mais il vous donnera des pistes pour vous exercer, qui pourront vous servir pour en écrire un autre… plus tard, quand vous aurez pris confiance et que vous aurez entrainé votre plume sur la distance. Profitez, c’est l’été…

Les propositions d’écriture arriveront sur le blog au fil de l’été : suivez-le et n’hésitez pas à envoyer vos textes ! Si vous êtes parmi les premiers, vous recevrez un retour détaillé. On vous attend…

Vous voulez écrire, mais en étant sûr d’avoir des lecteurs et des retours ? L’atelier par mail démarre le 6 juillet et vous invite à explorer les ressorts dramatiques du huis clos et les démons intérieurs de vos personnages…

Ecrire à Paris ou à Tombouctou…

chemin

Stage d’écriture en ligne 

du 1er juillet au 31 août : « Chemins de traverse »    

Que vous soyez au bout du monde ou dans votre jardin,  il suffit pour participer que vous ayez accès à votre boîte mail tous les dix jours. La seule contrainte est d’envoyer votre texte le jour dit (le même pour tous les participants). Le fonctionnement de l’atelier en réseau permet de recevoir et de lire les textes de chacun, d’avoir des retours du groupe et de l’animatrice, enfin de rebondir à partir de ces retours et d’une nouvelle proposition d’écriture.  Le thème de cette année, « Chemins de traverse », vous propose de partir d’un matériau glané sur votre lieu de vacances (ou, si vous ne partez pas, du lieu de votre choix), pour imaginer  le carnet de route d’un personnage à inventer… Ce stage est accessible à tous. 

L’animation du stage est assurée par Martine Paulais, d’Alice et les mots, qui travaille à cette occasion pour l’association le Jardin d’Hiver.

TARIF 180 €

s’inscrire

Stage d’été

Du 11 juillet au 31 août, Alice et les mots s’associe au Jardin d’Hiver pour vous proposer un stage en ligne.

ordi« De l’idée… au texte » : un entraînement estival par mail qui permet d’aborder, au choix : fiction, prose poétique, essai, autobiographie, récit par lettres… selon la pente de chacun(e).
Vous écrirez d’abord une série de textes à partir d’une première proposition d’écriture, puis développerez ce premier jet en fonction de « retours » personnalisés, selon votre écriture et votre projet . Ce texte retravaillé fera à son tour l’objet d’un retour précis et argumenté à la fin de l’été, ouvrant des pistes pour aller plus loin si vous le désirez. Du « sur-mesure », avec l’avantage des retours en réseau (une boite mail commune est mise en place pour le groupe) : chacun lit le texte des autres et partage ses impressions par mail. Une aventure d’écriture et de groupe, où que vous soyez cet été !
Tarif : 130 € – Renseignements, inscriptions : info@lejardindhiver.org