Résolution n°1 : écrire tous les jours

femme écrivant.jpg

Comme chaque nouvel an, les bonnes résolutions pointent le bout de leur nez. Puis l’année passe… On les oublie.  Mais cette fois-ci, promis juré, on va tenir ! Parce qu’il y a plein de raisons d’écrire tous les jours de l’année.

Ecrire tous les jours stimule la créativité

Si on écrit tous les jours, les idées surgissent plus facilement. Un truc pour vous faciliter les choses : gardez en permanence un carnet de notes sur vous, vous ne pourrez plus vous en passer. Au bout de 365 jours, vous aurez une moisson de textes…

Ecrire tous les jours vaccine contre l’angoisse de la page blanche

N’attendez pas l’inspiration, elle est si capricieuse ! Écrire chaque jour, même peu, vous prouvera que vous n’avez pas besoin d’être inspiré pour écrire. Plus vous aurez l’habitude d’écrire, plus ce sera facile… et les risques de blocage diminueront à proportion : adieu l’angoisse de la page blanche !

Ecrire tous les jours  permet de se renouveler

La plupart des auteurs pratiquent une seule forme d’écriture : roman, nouvelle, autobiographie, écriture de scénario ou de chanson… Écrire tous les jours permet de frotter sa plume à des champs littéraires différents. Votre temps est limité ? Essayez les formes brèves : poème, micro-fiction, haiku… Si vous êtes plutôt un habitué du genre autobiographique, essayez la fiction : écrivez une nouvelle ou un conte fantastique. Si vous peinez sur un roman, changez-vous les idées le temps d’écrire un poème, une chanson, une micro-nouvelle… Sortez de vos rails et n’ayez pas peur de l’inconnu !

Ecrire tous les jours combat le perfectionnisme

Stendhal disait : « Ecrire chaque jour, génie ou non ».  Quelques pages d’écriture  « sans génie»  ne seront pas du temps perdu, au contraire : écrire, même peu, même des choses sans importance, entretient l’envie d’écrire ! Méfiez-vous du perfectionnisme qui peut devenir une entrave. Vous n’êtes pas obligé de produire chaque jour un texte de concours…

Ecrire tous les jours fait progresser un manuscrit

Tous les écrivains vous le diront, s’il est une « recette » et une seule pour terminer un manuscrit, c’est bien celle-là : écrire chaque jour, peu ou beaucoup (c’est selon). Mais chaque jour. Vous resterez ainsi proche de vos personnages, vous ne vous noierez pas dans l’intrigue et surtout, vous risquerez moins de perdre l’élan, la motivation nécessaires à l’écriture d’un manuscrit au long cours !…

Pour vous aider à repartir du bon pied, le stage de remise en forme créative du 22 janvier vous propose de faire l’écriture buissonnière : une journée entière pour redonner du punch à votre écriture… en vous amusant !
Publicités

Revoir son texte, comment ?

« J’ajoute des explications aux passages difficiles à comprendre à la première lecture, je m’arrange pour que les phrases coulent mieux. Je coupe les endroits inutiles et les répétitions, je comble les lacunes. De loin en loin, j’introduis des changements dans l’ordre des phrases et des paragraphes… »

C’est ainsi qu’Haruki Murakami, dans le tome 1 de 1Q84, met en scène un jeune écrivain chargé de réécrire un manuscrit promis à un grand avenir… Les pages que Murakami consacre à la tâche de Tengo, l’écrivain-réviseur, feront vibrer tous ceux qui, à un moment ou à un autre, se trouvent confrontés au travail de relire et corriger leur propre prose. Perspective particulièrement délicate lorsqu’on s’y colle pour la première fois. Comment s’y prendre ? Par où commencer ? Jusqu’où aller ? La facilité apparente avec laquelle le héros de Murakami réécrit le manuscrit d’une inconnue a de quoi donner des complexes à qui ne s’est encore jamais frotté à la révision, comme l’appelait cet autre géant de la littérature, Raymond Carver. Ces pages sont pourtant précieuses en ce qu’elles esquissent un mode d’emploi dont les apprentis écrivains feront leur profit : préciser les passages obscurs, donner de la fluidité, savoir couper et donc choisir, vérifier la structure, équilibrer les paragraphes… Tout un programme ? Non : un passage obligé, maillon indispensable de la chaîne qui conduit (qui conduira peut-être) au livre. Faut-il préciser que le roman de Murakami a encore plein d’autres raisons d’être lu ?!

Vous avez mis le point final à votre manuscrit et cherchez un avis extérieur et des conseils pour le retravailler ? Le forfait 3 h vous propose trois fois 1 h d’entretien en face à face pour faire le point sur votre texte et vous donner les outils pour le faire. Vous ne pouvez pas vous déplacer ? ALICE ET LES MOTS vous propose un accompagnement individuel à l’écriture ou à la réécriture par mail et/ou par téléphone. TARIF sur devis, selon vos besoins. contact boitealice (arobase) gmail.com